Au vénérable moine « Rocher abrupt de l’aube »

Au portail de « Rocher abrupt » personne ne vient
La couleur des bambous recouvre la balustrade du moine
La pluie dans la forêt rend les soutras humides
Les nuages entrent par la fenêtre, la pierre à encre est froide
La nuit le chat s’empare de l’autel pour dormir
Le matin il partage son repas avec sa grue
Quand un visiteur arrive, rien d’autre à proposer,
Sinon de casser de la glace pour préparer une lune ronde de thé

Zhou Zhuan (1280-1368)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *