Poème de la pagode

Thé
Fragrantes feuilles, bourgeons délicats
Admiré par les poètes, aimé des moines
Pilé à l’aide de jade blanc, filtré au travers d’une gaze rouge
Couleur d’or bouilli dans un chaudron, mousse florale tourbillonnante dans le bol
La nuit il accueille la lune brillante, au lever du jour il dissipe les brumes roses de l’aube
Éveillé dans le présent comme dans le passé, soulagé de toute ébriété

Yuan Zhen (Dynastie Tang)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *